say hello !
un projet ? des infos ? un devis ?
Tapez votre message

on est partout.

Marseille - Siège social
Scala Marseille

11 avenue André Roussin
Immeuble Grand Ecran

13 016 Marseille
+33 (0)4 91 46 84 60
Paris
Scala Paris

8 Rue Euler

75 008 Paris
+33 (0)1 56 68 77 80
Sophia-Antipolis
Scala Sophia Antipolis

ADEME
500, route des lucioles

06 560 Sophia-Antipolis
+33 (0)4 91 46 84 60
Tarascon
Scala Tarascon

18 bis rue Edouard Millaud

13 150 Tarascon
+33 (0)4 91 46 84 60
Tunis
Scala Tunis

Rue du Lac Biwa, Immeuble Fraj
3ème étage, Lac 1,
Les Berges du Lac

1053 Tunis
+216 71 357 451
Et même Londres, Bruxelles, NY, Montréal et Casablanca.Voir carte.

on recrute !

Venez voir toutes nos offres ici.

contact
le blog
Retour
À la une

Shake 2017 : les 4 conférences les plus marquantes

Les évènements 29/05/2017 Sandra Brecy

Les 11 et 12 mai derniers, j’ai eu l’occasion de participer à Shake 2017, le salon du eCommerce et de la transformation numérique. Ce que j’ai particulièrement apprécié sur le salon (après un marathon de 2 jours de conférences !) c’est la variété des conférences, aussi bien techniques, marketing, opérationnelles, RH, voire… philosophiques (si, si !).

Je vous épargne le résumé de toutes les conférences, et vous propose ici ma sélection des 4 conférences les plus marquantes. C’est parti !

LES TENDANCES DU E-COMMERCE EN 2017

by Marc LOLIVIER, Délégué général de la FEVAD

Les chiffres clés du e-commerce présentés par la Fédération du E-commerce et de la Vente A Distance, ou l’occasion rêvée d’avoir enfin des indicateurs fiables sur le marché Français !

Marc Lolivier Fevad

Marc Lolivier a dégagé 5 tendances du marché du e-commerce Français :

La croissance du secteur !

Ce qui est remarquable de par le fait que les secteurs en croissance sont malheureusement rares…

Le e-commerce en France en 2016 c’est :

  • 72 milliards d’Euros dépensés
  • 37 millions d’acheteurs (pour 67 millions de français)
  • Soit environ 2.000€ dépensés par an et par cyber acheteur !
  • 200.000 sites marchands actifs
  • 1 nouveau site toutes les 1/2h

Autre effet notoire : la baisse du panier moyen montre une banalisation des achats en ligne.

Mobile first !

Nous savions tous l’importance du mobile dans le web (le trafic mobile a dépassé le trafic desktop fin 2016) mais cette année révèle par ailleurs que le mobile devient un réel moteur e-commerce :

  • 25% du chiffre d’affaire e-commerce réalisé à partir de mobiles !
  • Le mobile devient un lien entre les magasins physiques et le web

Plateformisation

Et là c’est vraiment nouveau à mon sens : les marketplaces représentent 25% des ventes e-commerce !  Certes nous connaissons tous Amazon, Cdiscount, etc… mais de plus en plus de marketplaces spécialisées fourmillent (vous en saurez plus dans mon TOP 3 des conférences Shake !)

L’intégration logistique

Les frais de livraison étaient et restent encore un frein à l’achat, surtout pour des petits paniers. De plus en plus, les solutions logistiques et de livraison sont intégrées par le marchand. La référence historique est évidemment Amazon avec la mise en place de l’abonnement premium depuis 2 ans. Aujourd’hui 21% des e-acheteurs sont abonnés à un système de livraison intégrée.

En parallèle, ce phénomène se mesure aussi avec l’intégration du réseau de distribution en boutiques physiques au web :

  • 36% des e-acheteurs utilisent le Click’n Collect
  • 29% des e-acheteurs utilisent le Click’n reserve

L’internationalisation

  • 68% des sites e-commerce français sont présents à l’international
  • 22% des européens achètent sur des sites étrangers

600 MILLIONS DE CONSOMMATEURS, ET MOI ET MOI ET MOI !

by Sébastien BADAULT, Directeur ALIBABA France

Autant vous dire que cette conférence m’a autant séduite par son contenu que par son auteur : Sébastien Badault se révèle captivant, et il dégage de lui un calme incroyable qui contraste avec le fourmillement du marché chinois qu’il nous a présenté.

La Chine, et plus généralement l’Asie, est un marché avec un tel dynamisme qu’on ne peut pas ne pas s’en inspirer, l’analyser, le suivre…

  • Il y a actuellement en chine 620 Millions de e-consommateurs !
  • Plus globalement, l’Asie compte 1,8 milliards d’internaute, soit la moitié du monde !

 

Voici les éléments qui rendent le marché Chinois si remarquable :

Des jeunes frénétiques

Nous savons tous que la population chinoise est plus jeune que celle d’Europe, mais surtout, les e-consommateurs, qui sont majoritairement des 18-25 ans, présentent une frénésie de consommation que nous n’imaginons pas en Europe.

Le digital en Chine

Une classe moyenne en plein essor

La classe moyenne, qui était auparavant inexistante, est depuis quelques années en plein essor et devient de moteur de la consommation chinoise.

Une géographie en évolution

Un réel phénomène d’urbanisation est en cours, mais à l’échelle de la chine, ça donne le vertige :

  • Il y a aujourd’hui 195 villes de plus de 100.000 foyers en Chine
  • En 2020 il y en aura… 373 !

Des canaux de distribution dynamiques

La population chinoise n’est quasiment pas passée par l’usage desktop, et est passée directement par l’usage mobile :

  • Aujourd’hui 50% des ventes en ligne se font sur mobile
  • En 2019 ce sera 75%

Moteur non négligeable de cet avènement du mobile dans le e-commerce : le paiement (notamment avec AliPay) est intégré au mobile, il est plus fréquent de payer avec son mobile qu’avec sa CB, même dans les commerces physiques.

Brand addict

Il y a un réel phénomène d’addiction au marques et aux produits prémium en Chine. C’est pourquoi, par exemple, Alibaba diffuse déjà 200 marques françaises en Chine.

En conclusion, le marché du e-commerce en Chine, qui est déjà surdimensionné et innovant, n’en est pourtant qu’à ses débuts.

LES MARKETPLACES, AVENIR DU E-COMMERCE ?

Table ronde avec Sébastien BADAULT(ALIBABA), François BOURGUOIN (Ebay) Benoit Feron (Izeberg), et Eric Alessandri (Wizaplace)

Alors je vous avoue que cette conférence ne m’a pas laissé indifférente, car je n’imaginais pas l’ampleur du phénomène Market Place… Il y a certes le quatuor de tête (Amazon, Cdiscount, ebay, Fnac) mais il y a désormais une foultitude de Market Places spécialisées, dont l’avènement a été rendu possible par des éditeurs de Market Places.

A titre d’exemple, Manomano.fr est une place de marché, spécialisée dans le bricolage, créée il y a 5 ans et qui fait aujourd’hui 72 millions de CA !

Il existe 3 types de Market Places :

  • Les puristes : qui n’ont aucune marchandise à elles, donc aucun stock, nada ! Mais alors que font-ils ?? ils s’occupent de la mise en relation clients / fournisseurs.

Ex : ebay, Price Minister…

  •  Les hybrides : qui ont leurs propres produits et qui référencent aussi d’autres fournisseurs. Ce modèle est très répandu en France.

Ex : Fnac, La Redoute…

  •  Les verticales : il s’agit de Market Place de niche, spécialisées sur une catégorie de produits

Ex : ManoMano…

 

Quelle stratégie pour les Market Places ?

Les Market Places se veulent être un tiers de confiance. Le SAV, les conditions de paiements, les règles marketing, les engagements des fournisseurs sont homogénéisés sur la plateforme.

L’autre gros point fort des Market Places est l’exhaustivité du catalogue : quand on vient sur Amazon c’est parce qu’on est sûr d’y trouver ce qu’on cherche. D’où la stratégie des Market Places de niche comme ManoMano qui référence 1,2 Millions de produits, alors que Leroy Merlin n’en référence « que » 30.000.

Et là, ça me donne le vertige (moi, ancienne e-commerçante, et travaillant aujourd’hui sur des projets Magento) : Quelle place pour les e-commerçants indépendants ? pour l’entreprenariat ? pour la personnalité ? l’individualité ?

Evidemment, il faut nuancer cette conférence puisque les speakers représentaient des Market Places, mais le sujet a tout de même été rapidement abordé :

  • La plupart des marques et e-commerçants utilisent les Market Places comme un canal de distribution, de communication, mais ont aussi leur propre boutique en ligne.
  • Les Market Places sont un peu comme les grandes surfaces : elles ne remplaceront pas les petits commerces, chaque client a ses attentes, son usage, ses besoins, ses envies, ses émotions !

LA « SILICOLONISATION » DU MONDE : VA-T-ON SE FAIRE DEVORER PAR LES GAFA ?

by Eric SADIN, Philosophe

Le point de vue d’un philosophe sur la digitalisation de la vie… ça, ça claque ! C’est même un peu flippant en fait… mais il n’y a pas mieux pour prendre un peu de recul sur le numérique, à force de penser taux de transfo et nombre de clics, on en oublie ou ça nous mène. Certes, il fallait quand même un peu s’accrocher, mes derniers cours de philo datent un peu…

Eric-Sadin-shake

Eric Sadin distingue deux ères majeures dans la numérisation de la vie :

L’Age de l’accès (1980 – 2010)

C’est la période où le numérique nous donné accès à des contenus : la VHS, le CD, le mp3, le minitel, l’ordinateur, internet…

L’Age de la mesure de la vie (depuis 2010)

Cette période émerge avec 2 phénomènes technologiques majeurs :

  • Les objets connectés qui font leur apparition sur toutes les surfaces : le corps (bracelets connectés qui rythment le sommeil par exemple), dans la maison, dans le lit, dans les voitures et sur le lieu de travail. Le numérique s’insère donc à tous les niveaux de la vie, personnel, professionnel, et à chaque instant.

 

  • L’intelligence artificielle (et au moment où Eric Sadin lâche ces deux mots, on se rend compte que les 2 phénomènes cumulés vont faire l’effet d’une bombe sur nos vies… IoT + IA… gloups !), donc l’IA c’est non seulement l’interprétation des données, mais surtout la puissance d’interprétation en temps réel (re-gloups !). Une fois les données interprétées, l’IA c’est enfin le pouvoir auto-décisionnel (re-re-gloups).

 

Nous allons donc de plus en plus vers une « industrie de la vie », et vers une « relation automatisée de la vie ».

Et donc pour en revenir au e-commerce vers une automatisation des actes d’achats, nous le voyons par exemple avec le Dash Button de Amazon, ce qui est confortable car l’acte d’achat est déculpabilisé, les systèmes opèrent les achats à notre place.

Et là, on a bien l’impression qu’on va se faire dévorer par les GAFA…

 

Heureusement, comme toute conclusion en philosophie, nous avons fini sur une question ouverte et optimiste : quelle sera la part de liberté ? il ne faut pas oublier la sensibilité, le respect, l’intégrité… même Amazon a ouvert sa première boutique physique à Seattle 🙂

Sandra Brecy
Écrit par ,
Ça vous a plu ? Faites tourner !

À lire aussi