Retour

Creative Technologist : le métier de créateur d’innovation

Innovation 11/09/2018 José Vargas

José Vargas , Chargé de Mission Innovation et Creative Technologist, nous parle de ce nouveau métier et des projets innovants qu’il développe au sein de Scala.

Pour commencer, nous te laissons te présenter en quelques mots : depuis combien de temps travailles-tu chez Scala ? Quel est ton parcours et ton rôle ?

À mon arrivée chez Scala il y a 3 ans, j’avais été recruté en tant que Développeur WordPress et je travaillais également sur les applications mobiles iOS et Android. Mon poste a évolué et aujourd’hui il est entièrement dédié à l’innovation. Mon rôle est pluridisciplinaire dans la mesure où je fais à la fois du développement Web-Mobile, de la photo-vidéo 360°, de la modélisation-animation 3D, du conseil en marketing expérientiel et surtout de la réalité augmentée et virtuelle.

En bref, Apps – 3D – 360° – AR – VR – MR, tout pour faire de la magie et bien la promouvoir !

Et puis, en plus de tout cela, ma mission en tant que Creative Technologist est de savoir, avant les autres, ce qui va arriver en termes de nouvelles technologies. Avec les différents profils de Scala (Consultants Com-Marketing, Directeur Artistique, Dev. Unity 3D…), notre but pour chaque projet est de surprendre, captiver et surtout séduire afin de proposer une expérience extraordinaire mêlant émotion et innovation (si c’est possible…). Notre job consiste à délivrer le bon message, au bon moment, aux bonnes personnes et au bon endroit.

Depuis quand le métier de Creative Technologist existe-t-il ? Dans quel contexte est-il apparu et peut-on véritablement parler d’un nouveau métier ?

Je ne pense pas qu’il y ait de date précise d’apparition de ce métier mais nous pouvons dire que le XXIe siècle et ses avancées technologiques ont participé à son émergence. Il est devenu logique d’être pluridisciplinaire et « bon en tout ». Je dirais que nous sommes des Léonard de Vinci avec les technologies de notre époque actuelle.

En revanche, je pense que la France est souvent l’un des derniers pays à s’approprier les nouvelles technologies, contrairement au Japon ou aux États-Unis. De plus, culturellement, en France nous faisions des études pour devenir spécialiste dans un domaine particulier alors que le métier de Creative Technologist est tout l’inverse : l’idée est de mettre à profit notre pluridisciplinarité sur un projet.

La force du métier de Creative Technologist est son évolution au gré des innovations technologiques. Le Creative Technologist doit sans cesse se faire précurseur des nouvelles technologies et être parmi les premiers à les maîtriser. Par exemple, le QR code, technologie innovante à son apparition en 2013 ne l’est plus aujourd’hui où l’on parle davantage de réalité augmentée et virtuelle.

Citation Creative Technologiste Scala
Creative Technologist

Comment es-tu devenu Creative Technologist ?

Lors de mes précédentes expériences, j’ai dû apprendre à maîtriser différentes disciplines afin de répondre aux besoins des projets sur lesquels je travaillais. Par exemple, lorsque je créais des sites internet, j’avais besoin de visuels d’illustration. Je me suis donc lancé dans la photographie, la vidéo et le motion design. Au fil des projets, j’étais constamment obligé d’apprendre de nouvelles disciplines, par de l’autoformation, des recherches, des expérimentations, des Test & Learn, de la R&D, des échecs… car très souvent il n’y avait de formation ou d’école sur des technologies émergentes.

Le Creative Technologist peut être orienté sur des domaines très variés en fonction de ses études et de ses expériences, par exemple en communication, marketing ou en informatique. Mais, avant tout, il faut être curieux et passionné par l’innovation. En ce qui me concerne, je me suis plutôt tourné vers les applications mobiles, les scénographies événementielles, la programmation mais aussi vers la 3D, la réalité augmentée et la réalité virtuelle.

Et concrètement, que fais-tu au quotidien ?

Il n’y a pas de semaine type. Le métier de Creative Technologist est un métier hybride dont les missions sont très variées mais que je pourrais néanmoins diviser en deux parties :

  • La partie projet– Je supervise l’équipe projet : je suis l’avancée du projet, de l’atelier d’idéation à la conception de l’expérience, jusqu’à la prise en charge de certains aspects comme la vidéo ou la 3D. Ensuite, l’équipe de développement se chargera de la programmation pure et dure.
  • La relation client, l’avant-vente et l’évangélisation – J’organise des conférences et des workshops, directement au sein des entreprises, pour présenter les innovations technologiques et surtout ce que nous en faisons avec chez Scala. Je m’attache à réfléchir à l’expérience que nous allons faire vivre à nos clients ou aux clients de nos clients à travers nos projets.

Pour finir, en parallèle de ces missions je fais un important travail de veille et de test sur les dernières technologies.

Quelles sont les qualités et compétences essentielles de ce métier ?

Selon moi, la principale qualité d’un Creative Technologist pourrait se résumer à cette citation d’Edwin Hebert Land : « Innover, ce n’est pas avoir une nouvelle idée. Mais arrêter d’avoir une vieille idée. » Cela signifie qu’il faut sortir de sa zone de confort pour apprendre de nouvelles technologies et ne pas avoir peur de tout recommencer à zéro. La qualité d’un Creative Technologist est donc d’être innovant, d’avoir de l’audace et de faire en sorte que tout soit possible.

Bien-sûr, il doit aussi avoir des compétences techniques qui dépendent souvent de son passé. Il y aura des Creative Technologists qui seront meilleurs techniquement en programmation alors que d’autres seront spécialistes en communication ou en marketing.

La capacité à travailler en équipe est aussi une qualité essentielle dans la mesure où nous travaillons constamment avec différents interlocuteurs sur un même projet.

D’ailleurs, avec quelles équipes travailles-tu chez Scala ?

Je travaille de manière transverse au sein de Scala. Je créé de nouveaux outils avec de nouvelles technologies sur lesquels il est nécessaire de communiquer. C’est pourquoi, je fais le lien entre la communication, le marketing, la création et la technologie.

Pour la partie business, je suis entouré de chefs de projet avec lesquels je vais réfléchir aux missions, aux objectifs du projet et à la valeur ajoutée que nous pouvons apporter au client.

Nous réalisons également des projets métiers qui ont pour but d’aider les entreprises à mieux comprendre et utiliser les nouvelles technologies. C’est grâce aux différents départements de Scala spécialisés dans les Chatbots, l’IoT, le Big data et la Business Intelligence que l’on réussit à mettre en place ce type projet.

Supers pouvoirs Scala

Pour finir, peux-tu nous donner des exemples de projets sur lesquels tu as travaillé ?

J’ai travaillé pour le Groupe Skipper qui souhaitait réaliser un magazine interne. Avec Scala nous sommes allés plus loin que la création d’un simple magazine papier dans la mesure où nous y avons intégré de la réalité augmentée. Ce magazine s’anime à la lecture grâce à l’utilisation d’une application en réalité augmentée. Découvrir le magazine en RA Skipper.

Plus récemment, j’ai également réalisé un projet pour Omexom en vue de leur présence sur un salon international. L’objectif était de concevoir une communication originale. Nous avons donc proposé une application de réalité augmentée afin de mettre en lumière les spécificités de cette entreprise. En scannant les flyers avec l’application, les personnes ont eu accès à de nombreuses informations en réalité augmentée et en 3D. Découvrir les supports de communication Omexom en RA et 3D.

Oculus GO CMA CGM Réalité Virtuelle Scala

Comme troisième exemple, je souhaiterai parler du projet avec CMA CGM à l’occasion de l’inauguration de leur nouveau navire amiral, le CMA CGM Antoine De Saint Exupéry. Nous avons proposé une visite virtuelle avec les casques Oculus GO pour permettre aux invités de « monter à bord » du cargo et avoir un aperçu très immersif grâce aux vidéos 360° que nous avons réalisés.

Pour conclure, je souhaiterai parler du Sca’Lab, un laboratoire au sein de Scala qui nous sert à tester, créer, innover et réfléchir sur les projets de demain grâce aux nouveaux outils qui sont mis à notre disposition. Nous avons ainsi réalisé deux projets alliant respectivement la réalité augmentée et la réalité mixte : « Vive HTC Vive » et « Holala HoloLens » que vous pouvez retrouver en vidéo. Ces projets ont pour objectif de présenter des exemples d’utilisation concrète de ces technologies innovantes.

Scalab Innover
Avatar auteur
Écrit par ,
Chargé de Mission Innovante
Ça vous a plu ? Faites tourner !

À lire aussi

Nouvelles tendances de l'Intranet

Le Digital Workplace ou l’Intranet qui se réinvente : plus collaboratif et plus social – PART 1

12/07/2018

Dans un environnement en transformation digitale, la collaboration et la communication sont des vecteurs de choix pour relever le défi du numérique et générer de la valeur en favorisant l’innovation collective. Nous vous proposons dans le premier article de notre série sur le Digital Workplace de découvrir les nouvelles tendances de l’Intranet.

Je veux lire la suite

say hello !

un projet ? des infos ? un devis ?

on est partout.

Marseille - Siège social
Scala Marseille

11 avenue André Roussin
Immeuble Grand Ecran

13 016 Marseille
+33 (0)4 91 46 84 60
Paris
Scala Paris

8 Rue Euler

75 008 Paris
+33 (0)1 56 68 77 80
Tarascon
Scala Tarascon

18 bis rue Edouard Millaud

13 150 Tarascon
+33 (0)4 91 46 84 60
Tunis – Tunisie
Scala Tunisie

Rue du Lac Biwa, Immeuble Fraj
3ème étage, Lac 1,
Les Berges du Lac

1053 Tunis – Tunisie
+216 71 657 451
Et même Londres, Bruxelles, NY, Montréal et Casablanca.Voir carte.

on recrute !

Venez voir toutes nos offres ici.

contact
le blog