Retour

Open Data #02 : 7 exemples concrets d’utilisation pour mieux comprendre à quoi sert l’open data

L'exploitation des données 17/08/2015 Scala Dream Team

Des milliers d’applications existent et cette courte sélection n’a pour objet que de montrer la diversité des usages possibles par l’exemple concret. Pour se donner une idée des usages de l’Open Data, on peut citer quelques exemples :

1. L’Open Data et les Institutions

En France, Etalab est la mission interministérielle rattachée aux services du Premier Ministre, chargée de maintenir et d’alimenter le portail des données publiques ouvertes data.gouv.fr.

EtaLab organise chaque année la manifestation Dataconnexions , concours récompensant les meilleurs projets de réutilisation de données publiques ouvertes. En 2015, ce sont une soixantaine de projets qui ont été retenus.

Côté projets institutionnels, citons d’emblée les villes de Rennes, Paris, Nantes et Montpellier, la SNCF ou le Comité Départemental de Tourisme des Bouches du Rhone, qui font figures de pionniers en la matière. Mais les initiatives de ce type restent encore trop frileuses et le phénomène devrait tendre à se généraliser progressivement.

Précisons que Scala a acquis une bonne connaissance de l’Open Data pour avoir déployé le portail Open Data de Bouches du Rhône Tourisme.

La base adresse national (BAN )

Base adresse nationale : un référentiel national ouvert. Pour que les services d’urgence arrivent au bon endroit, pour permettre de réaliser une analyse cartographique en quelques clics, ou encore pur que les opérateurs publics et privés coordonnent mieux leurs chantiers, …

2. L’Open Data et les Citoyens

Regards Citoyens propose de très nombreuses visualisations open adata : par exemple ce que les labos pharmaceutiques donnent à nos médecins, l’activité parlementaires de nos élus avec les observatoires en ligne nos députés et de nos sénateurs.

L’argent des gouvernements : le site Open spending recense les flux financiers des gouvernements, pour comprendre et comparer.

Les dépenses de santé en région Paca.

3. L’Open Data et le Tourisme

Le tourisme est un des secteurs qui utilise le plus les données ouvertes.

L’exemple de Bouches du Rhône Tourisme nous permet d’appréhender la démarche, d’autant plus que Scala en a été un des maitres d’œuvres.

La plateforme SITRA en Rhône Alpes fait aussi figure de réussite exemplaire.

4. L’Open Data et la Généalogie

Le site web www.notrefamille.com (français) fait l’objet d’une polémique juridique depuis plusieurs années pour la réutilisation de données publiques.

Au niveau international www.ancestry.fr  propose de nombreux services et s’appuie sur un nombre important de jeux de données publiques ouvertes.

5. L’Open Data et les Transports

Au delà des outils d’aide au déplacement (les SIM : systèmes d’information multimodaux ), des collectivités locales ouvrent désormais leurs données dans le but de favoriser la réutilisation de ces données, et la création de nouvelles applications et services.

Parmi les collectivités actives, Rennes Métropole est un précurseur avec l’accès gratuit à son entrepôt de données contenant différents jeux de données, dont le transport. Par exemple l’appli Androïd ArceauVélo localise sur une carte les emplacements de supports à vélo dans votre proximité immédiate. Une autre appli, EasyBus, donne de manière rapide et efficaces les horaires de bus sur le réseau Star de Rennes Métropole.

Xiit, une application mobile à destination des entreprises et promoteurs immobiliers. Lors d’un déménagement d’entreprise, ce service permet de comparer et déterminer le meilleur emplacement en fonction des critères suivants :

  • Évolution du temps de transport ( Vélib, autolib, RATP, voiture, pied ) pour les employés
  • Du nombre de correspondances.
  • Évolution des émission de GES.
  • Proximité avec les gares et aéroports.
  • Coût des transports ( pour les collaborateurs et l’entreprise ).

La question des transports est assez caractéristique, car la géolocalisation des informations fait partie des usages lus plus usités. On parle alors d’Open Transport. Mais pas d’Open Transport et d’applications dédiées sans données géographiques,… ouvertes ! C’est le projet Open Street Map, mais avec une problématique réglementaire spécifique à la France : l’accès à la donnée adresse n’est pas ouvert, sauf depuis le projet BAN (Base d’Adresse Nationale, voir ci-dessus).

6. L’Open Data et la Culture

http://data.bnf.fr/ La Plateforme Open Data de la Bibliothèque Nationale de France depuis juillet 2011

Data.bnf.fr permet :

  • d’accéder aux ressources de la BnF directement depuis une page Web, sans connaître préalablement les services de la BnF ;
  • de s’orienter dans les ressources de la BnF et de trouver éventuellement des ressources extérieures.

L’objectif est donc de valoriser la richesse des fonds de la BnF sur le Web et de servir de pivot entre les différentes ressources. Data.bnf.fr est au service des autres applications de la BnF. Enfin, le projet s’inscrit dans une démarche d’ouverture de la BnF au Web de données et d’adoption des standards du Web sémantique.

CultureClic : 850 œuvres et documents, 1350 musées et monuments en réalité augmentée.

Un partenariat mis en place pour les contenus avec le Ministère de la Culture et de la Communication, la Bibliothèque nationale de France (BnF) et la Réunion des musées nationaux et du Grand Palais (Rmn-GP), a permis de mettre à disposition des utilisateurs une offre unique de parcours géolocalisés qui propose de découvrir des œuvres emblématiques du patrimoine français accessibles en haute définition. Les contenus sont issus des archives de Gallica (BnF) et de celles de la Rmn-GP.

Data visualisation de l’offre culturelle en France

7. Le data journalism

Le journalisme de données est un mouvement visant à exploiter les données dans une optique journalistique. S’il s’agit essentiellement de collecter des données (et d’en vérifier la source et l’actualité), le mouvement fait appel aux outils de visualisation des données pour transcrire l’information.

Les magazines anglosaxons sont plus avancés sur ce point, en témoigne le Guardian qui s’est intéressé au journalisme de données dès la moitié du XIXème siècle. Nous pouvons citer comme exemple les données des élections 2015 et son projet Miso une série d’outils open source à disposition de tous pour créer des tableaux de visualisation de données.

Retrouvez le premier épisode de cette série consacrée à l’Open Data ici : La donnée ouverte, kesako ?

Avatar auteur
Écrit par ,
Consultants Scala
Ça vous a plu ? Faites tourner !

À lire aussi

Nouvelles tendances de l'Intranet

Le Digital Workplace ou l’Intranet qui se réinvente : plus collaboratif et plus social – PART 3

29/10/2018

Dans un environnement en transformation digitale, la collaboration et la communication sont des vecteurs de choix pour relever le défi du numérique et générer de la valeur en favorisant l’innovation collective. Dans le second article de notre série sur le Digital Workplace nous vous exposons les enjeux de la transformation de votre Intranet.

Je veux lire la suite

say hello !

un projet ? des infos ? un devis ?

on est partout.

Amiens
Scala Amiens

7 rue de l’Ile Mystérieuse

80440 Boves Amiens
Lyon
Scala Lyon

Parc du Crecy, 12 rue Claude Chappe

69370 Saint Didier au Mont d’Or Lyon
Marseille - Siège social
Scala Marseille

11 avenue André Roussin
Immeuble Grand Ecran

13 016 Marseille
+33 (0)4 91 46 84 60
Paris
Scala Paris

8 Rue Euler

75 008 Paris
+33 (0)1 56 68 77 80
Tunis – Tunisie
Scala Tunisie

Rue du Lac Biwa, Immeuble Fraj
3ème étage, Lac 1,
Les Berges du Lac

1053 Tunis – Tunisie
+216 71 657 451
Et même Londres, Bruxelles, NY, Montréal et Casablanca.Voir carte.

on recrute !

Venez voir toutes nos offres ici.

contact
le blog