Retour

Open Data #03, un exemple approfondi : l’Open Data de Bouches du Rhône Tourisme

Applications de nouvelle générationL'exploitation des données 24/08/2015 Scala Dream Team

Voici le troisième volet de notre série “Open Data”. Vous pouvez retrouver les autres articles de la série ici.

Aujourd’hui nous vous proposons un cas réel d’application depuis la construction de la stratégie jusqu’aux résultats chiffrées, en passant par les choix technologiques. Patrice Blain a interviewé Isabelle Brémond, Directrice de Bouches-du-Rhône Tourisme, sur ce sujet.

Patrice Blain : Quelles sont les missions de Bouches du Rhône Tourisme ?

Isabelle Brémond : Bouches du Rhône Tourisme est un organisme associé du Conseil Général des Bouches du Rhône. C’est une association Loi 1901 créée en 1970 et financée par le Conseil Général. Son rôle est de définir et mettre en œuvre la politique départementale du tourisme.

Nous avons deux métiers : le premier concerne l’ingénierie touristique, le second est la valorisation de la destination touristique des Bouches du Rhône.

Dans le cadre de cette seconde mission, disséminer toute l’information touristique est un objectif premier. Plus on diffuse l’information, plus on remplit cette mission.

Pendant longtemps nous étions avant tout un organisme de promotion chargé de mettre en place des campagnes de communication et de participer à des salons touristiques pour promouvoir le territoire auprès des clientèles françaises et étrangères.

Mais depuis quelques années maintenant, nous mettons en avant un positionnement plus fort en tant qu’organisme de développement avec pour objectif la structuration et la qualification du territoire. Nous ne sommes plus uniquement un organisme de promotion touristique mais aussi un opérateur et un éditeur de solutions.

Nous sommes ainsi devenus éditeur de contenu et d’applications comme les sites web www.visitprovence.com, des applications mobiles ou encore des éditions papier avec divers guides édités et diffusés largement. Et par extension, éditeur des plateformes de données Patio et Open data.

PB : Comment en êtes-vous venus à vous intéresser aux données ouvertes ?

IB : Très tôt, nous avons considéré que disposer d’un référentiel d’informations touristiques et culturelles était un véritable enjeu pour valoriser la destination. C’est ce que nous avons initié avec le système d’information touristique Patio dès 1997, dont le déploiement a été confié à Scala (Elypsia à l’époque). Patio recense l’offre touristique et culturelle des BDR : hébergements, fêtes et manifestations, lieux et sites,…

C’est cette base de données qui est en fait le socle de notre plateforme open data.

PB : Et ces données touristiques, d’où proviennent-elles ?

IB : Les données sont collectées et actualisées par les offices de tourisme du département, tandis que Bouches-du-Rhône Tourisme contribue activement au contrôle qualité et anime un club des utilisateurs. En contrepartie de l’utilisation de la base, de la contribution et de la saisie des données par les offices de tourisme, Bouches-du-Rhône Tourisme gère la plateforme, son hébergement et son évolution, apporte une garantie de temps de rétablissement de 4 heures, une hotline et de la formation.

PB : Comment sont utilisées ces données aujourd’hui ?

IB : A la base, une centaine de partenaires conventionnés utilisent ces données au quotidien. Par exemple le Journal La Provence utilise le guide des manifestations pour alimenter sa rubrique Agenda. Les sites Marseille.fr, Culture13, Idéoguide,… et les offices de tourisme du département en font de même.

Puis nous avons souhaité ouvrir ce système d’information à l’ensemble des sociétés privées et publiques qui peuvent souhaiter avoir accès à ces informations. C’est ainsi qu’est né le projet OpenData, qui rend les jeux de données disponibles depuis fin 2010.

La problématique juridique a été complexe à gérer car, du fait de la propriété intellectuelle de certaines données, tout ne peut pas être ouvert. Ainsi, les images et le rédactionnel ne sont pas diffusés car ils nécessitent un conventionnement particulier.

Nous diffusons donc aujourd’hui les données issues de Patio sous forme de listes géolocalisées, sans photo ni rédactionnel. Le tout en français uniquement pour l’instant, avec une volonté d’ajouter l’anglais.

PB : Comment est construit le socle technique de la plateforme open data ?

IB : Le socle technique utilisé repose sur la plateforme open source OGDI DataLab (Open Government Data Initiative) de Microsoft pour la gestion des données, et sur le CMS open source Typo3 pour la partie interface utilisateur.

PB : Quelle licence utilisez-vous pour encadrer la réutilisation des données ainsi ouvertes ?

IB : Toutes les données disponibles sur data.visitprovence.com sont exploitables selon les conditions exprimées par leurs licences d’utilisation dont l’utilisateur doit déclarer avoir pris connaissance avant de les télécharger.

Globalement, la plupart des jeux de données sont disponibles sous la licence ODbL (Open Database License) adaptée au territoire.

PB : Les résultats ?

IB : En 2014, nous avons pu constater les taux de fréquentation suivants :

  • 5000 visiteurs uniques de la plateforme opendata.visitprovence.com
  • 2500 téléchargements
  • 120 000 requêtes OGDI
  • 85% d’origine française (suivi par l’Angleterre et le Allemagne mais dans des proportions très faibles)

PB :Quelle sont les évolutions de l’outil open data ?

IB : Nous envisageons l’évolution de ce portail dans le cadre du projet national Datatourisme porté par RN2D qui devrait voir le jour en 2016. En se plaçant d’un point de vue de l’utilisateur il est plus pertinent de s’inscrire dans ce projet national qui consolide l’ensemble des données du territoire Français. Cela va faciliter l’accès à ces informations (même format, même licence d’utilisation).

En quelque sorte, l’aventure ne fait que commencer pour l’Open Data dans le tourisme !

Les autres articles de la série Open Data :

Avatar auteur
Écrit par ,
Consultants Scala
Ça vous a plu ? Faites tourner !

À lire aussi

say hello !

un projet ? des infos ? un devis ?

on est partout.

Marseille - Siège social
Scala Marseille

11 avenue André Roussin
Immeuble Grand Ecran

13 016 Marseille
+33 (0)4 91 46 84 60
Paris
Scala Paris

8 Rue Euler

75 008 Paris
+33 (0)1 56 68 77 80
Tarascon
Scala Tarascon

18 bis rue Edouard Millaud

13 150 Tarascon
+33 (0)4 91 46 84 60
Tunis – Tunisie
Scala Tunisie

Rue du Lac Biwa, Immeuble Fraj
3ème étage, Lac 1,
Les Berges du Lac

1053 Tunis – Tunisie
+216 71 657 451
Et même Londres, Bruxelles, NY, Montréal et Casablanca.Voir carte.

on recrute !

Venez voir toutes nos offres ici.

contact
le blog