Retour

Le VRAI / FAUX de la migration vers une architecture Cloud

L'environnement de travail numérique 24/10/2018 Stephane Mendez

Aujourd’hui la question de la migration vers le Cloud se pose de plus en plus dans les entreprises. Le Cloud est devenu l’un des piliers de la transformation numérique. Dans ce nouvel article, Scala revient sur les points importants à retenir !

Les avantages d’une architecture Cloud en entreprise

Le Cloud permet de stocker des données ou des logiciels sur des serveurs localisés à distance et qui sont habituellement stockés sur un ordinateur ou des serveurs installés en local au sein d’une entreprise.  

Bien que le terme de « Cloud » existe depuis les années 1990, son utilisation est relativement récente puisque c’est seulement à partir des années 2000 que les offres Cloud se sont massivement développées. Ses principaux avantages sont : 

  • Une capacité de stockage démultipliée, 
  • La diminution du besoin en ressources internes (matérielles et humaines) car l’entreprise n’a plus besoin de gérer une infrastructure informatique,
  • Des services plus disponibles,
  • Une réduction des coûts

Trois offres majeures de service se partagent le Cloud : le SaaS (software as a service), le IaaS (Infrastructure as a service) et enfin le PaaS (plateform as a service). Dans les années 2000, Amazon, Microsoft ainsi que Google représentaient les leaders du Cloud, grâce à un investissement massif dans cette innovation. Les services Cloud se sont ensuite multipliés à différents niveaux et sous différentes sociétés. 

Amazon fut l’un des premiers à tirer profit de l’utilisation du Cloud. Dans un premier temps pour son propre compte, puisque cela lui permettait de gérer l’augmentation massive des commandes sur leur site pendant les fêtes de fin d’année en démultipliant leurs ressources informatiques (CPU, stockage, etc.). Puis, dans les périodes creuses, le besoin en ressources informatiques étant plus réduit, Amazon a décidé de créer des systèmes de location de ses serveurs.

Concernant Microsoft, l’entreprise s’est démarquée avec son offre SaaS, Office 365 (principalement pour ses services de messagerie, ses services de autour de la collaboration et sa suite Office disponible dans une version Cloud). Par la suite, Microsoft a développé ses offres IaaS et PasS (Microsoft Azure).

Enfin, le Cloud représente un avantage à l’ère du Digital Workplace en promettant un nouvel environnement de travail centré sur l’utilisateur, favorisant la productivité, la collaboration et le bien-être au travail. Le SharePoint online en est un bon exemple. La mise en place de solutions bureautiques dans le cloud permet également, au-delà d’optimiser la collaboration, de diminuer les coûts en réduisant de manière ciblée le nombre de licences sur les postes. 

Scala cloud

Vrai ou faux ? Les questions que vous vous posez sur le Cloud

L’architecture Cloud est moins sécurisée qu’une architecture locale.

FAUX. Pour une infrastructure locale, comme dans le Cloud, les éléments de sécurité (règles firewall, certificats de sécurité, etc.) sont les mêmes. Par conséquent, si la sécurité est correctement réalisée localement, elle le sera tout autant sur le Cloud. Il est peut-être même possible que la sécurité soit supérieure dans le Cloud en raison des mises à jour plus fréquentes : grâce à une plus grande réactivité, la mise en place de patchs de sécurité sera beaucoup plus rapide dans le Cloud que sur une infrastructure composée de serveurs locaux.

On ne sait pas où sont stockées nos données ce qui pose d’autant plus de problèmes pour la règlementation RGPD.  

FAUX. Concernant la localisation de nos données et la réglementation RGPD, le constat est clair : nous pouvons savoir où sont stockées nos données puisque nous connaissons la localisation des data centers. La réglementation RGPD inclut également le Cloud en considérant les fournisseurs de services Cloud comme des prestataires tiers nommés « sous-traitants » (article 28 de la réglementation)

Les risques opérationnels sont élevés au moment de la bascule de l’architecture locale à l’architecture Cloud.  

VRAI et FAUX. Toute migration inclus des risques mais une migration vers le Cloud n’induit pas plus de risques qu’une autre. Toute migration se prépare, se planifie, se maquette etc. A partir du moment où on essaye d’anticiper les risques, on les diminue par la suite.

Il est possible de mettre en place une architecture hybride entre le local et le Cloud.  

VRAI. Il est possible de mettre en place une architecture hybride entre le local et le cloud, que ce soit sur des services ou des infrastructures de serveurs. Aujourd’hui de nombreuses entreprises conservent leurs applications métiers en local, mais utilisent également les services collaboratifs dans le Cloud. Le local et le Cloud sont parfaitement associables en fonction des besoins et des services souhaités. Avant de basculer complètement dans le Cloud, tout ou partie de certains services ainsi que quelques briques d’infrastructures sont éligibles plus rapidement que d’autres pour différents critères. Des besoins croissants en disponibilité comme la capacité à supporter des évolutions rapidement (charge, stockage…), l’indépendance de certains services, des besoins renforcés en sécurité ou toutes autres raisons particulières liées aux activités de chaque organisation sont des moteurs stratégiques pour migrer progressivement vers le Cloud.

La conduite du changement en interne est lente et très consommatrice en ressources.  

FAUX. Évidemment une conduite du changement est nécessaire en interne (formations, tutoriels, etc.). En revanche, il y a de plus et plus de « Cloud » dans notre société, son utilisation reste intuitive et on constate finalement peu de différences avec le local. La conduite du changement est donc relativement simplifiée. Cette nouvelle façon de consommer du service va même être plus transparente, ce qui est un avantage considérable pour les administrateurs.

Le vrai / faux du Cloud

Les enjeux de la migration vers le Cloud : prendre le virage technologique

Toutes les entreprises sont concernées par les solutions cloud et peuvent consommer à différents niveaux ces services. La décision du passage vers le Cloud a d’ores et déjà été prise par une grande partie des entreprises mondiales et celles qui souhaiteraient garder l’utilisation d’un usage traditionnel prennent le risque de constater des répercussions négatives dans leur développement. Il s’agit de technologies émergentes qui ne vont cesser de se développer et donc un virage important et précieux à prendre pour tous.  

De plus, pour les petites entreprises parfois réticentes à passer sur un modèle Cloud, de nombreuses offres sont disponibles à des prix intéressants et attractifs tout en simplifiant la gestion de services, d’applications et de serveurs hébergés. 

Aujourd’hui, de nombreuses offres Cloud se partagent le marché et les fournisseurs jouent sur les prix afin d’attirer de plus en plus d’utilisateurs. Microsoft, avec Office 365, a construit des accords avec beaucoup d’entreprises mais il en existe de nombreuses autres ! En tant que fournisseur multi-cloud, Scala s’appuie sur tous les acteurs du Cloud afin de bâtir une offre personnalisée et adaptée à chaque client. 

Les entreprises ont un intérêt à se faire accompagner dans leur transformation vers le Cloud afin de pouvoir appréhender confortablement ces nouvelles technologies. Lorsqu’une entreprise souhaite envoyer des services existants vers le cloud, il est important qu’elle mette en place une stratégie et qu’elle connaisse les enjeux et les limites du cloud. Être accompagné de personnes compétentes sur ce type de projets est en réel atout.   

 

Pour conclure, les entreprises ont compris qu’en continuant à travailler avec des méthodes trop traditionnelles, elles risqueraient de se laisser distancer. En revanche, la principale préoccupation n’est pas d’installer l’outil, mais qu’il soit utilisé. Chaque organisation ayant une consommation spécifique des services informatiques, il est stratégique d’analyser le besoin et l’usage de chaque structure pour implémenter une solution personnalisée et arbitrer le passage vers le Cloud : de façon totale, hybride voire choisir de continuer à fonctionne en local à court, moyen et long terme.

Avatar auteur
Écrit par ,
Ingénieur Systèmes et Réseaux
Ça vous a plu ? Faites tourner !

À lire aussi

say hello !

un projet ? des infos ? un devis ?

on est partout.

Marseille - Siège social
Scala Marseille

11 avenue André Roussin
Immeuble Grand Ecran

13 016 Marseille
+33 (0)4 91 46 84 60
Paris
Scala Paris

8 Rue Euler

75 008 Paris
+33 (0)1 56 68 77 80
Tarascon
Scala Tarascon

18 bis rue Edouard Millaud

13 150 Tarascon
+33 (0)4 91 46 84 60
Tunis – Tunisie
Scala Tunisie

Rue du Lac Biwa, Immeuble Fraj
3ème étage, Lac 1,
Les Berges du Lac

1053 Tunis – Tunisie
+216 71 657 451
Et même Londres, Bruxelles, NY, Montréal et Casablanca.Voir carte.

on recrute !

Venez voir toutes nos offres ici.

contact
le blog